I Saw the Devil

★★★★☆

Le cinéma coréen, qu’on se le dise, à un principal défaut : il manque cruellement d’originalité et d’innovation. Cependant, cette tare cache une qualité : chaque film sortant du lot en se montrant inventif, bien réalisé et bon, est une claque. C’est ainsi que l’on voit de temps à autres des perles absolues émerger de Corée là où peu de monde les attendent. Ce fut le cas de The Chaser, en 2008, qui fut une claque de mise en scene et la révélation d’un réalisateur. Et c’est aujourd’hui le cas de I Saw the Devil, sixième film de Kim Jee-Woon, qui explore cette fois ci le thriller à base de vengeance, de violence, et de sadisme.

Concrètement, de quoi parle le film? D’un tueur psychopathe, sadique et violent, qui va un jour tuer la mauvaise personne, une jeune femme fiancée à un agent des services secrets. Ce dernier va alors se lancer dans une traque sans pitié du meurtrier, cherchant la vengeance à n’importe quel prix, une revanche froide, minutieuse et appliquée qui mènera le jeune homme sur une pente raide et dangereuse, le faisant petit à petit perdre ce qui composait sa vie et son être.

Nous parlons donc ici de vengeance avec un grand V (pas pour Vendetta…quoique.) , celle qui va faire mal et qui va faire saigner. Le film s’est d’ailleurs vu taillé à grands coups de serpes dans diverses contrées pour cause de censures, les scenes violentes étant apparemment trop violentes, trop malsaines, parfois écoeurantes, voir même parfois insoutenables, par exemple les meurtres montrés plus ou moins en détails, de l’enlèvement au découpage du corps. (Les coréens sont condamnés à être d’éternels incompris en la matière.) Censurée mais néanmoins d’un esthétisme à toute épreuve, la mise en scene du réalisateur sera ici toujours de très bonne facture, dans la violence comme dans les scenes plus émotionnelles ou psychologiques. Esperons tout de même qu’une version Director’s Cut verra le jour tôt ou tard.

Un revenge movie de base se déroule généralement selon l’une ou l’autre des deux voies scenaristiques suivantes : La vengeance c’est bien, ou la vengeance c’est mal. En pratique, le premier cas sera celui d’un Kill Bill (pour prendre un exemple qui parlera à tout le monde.), et le second sera celui d’un Old Boy, où chaque acte de revanche en entrainera un autre plus terrible. Le point à retenir dans tout ça sera que I Saw the Devil choisit une troisième solution narrative, à la fois intelligente et originale : considérer la vengeance comme une lame à double tranchant, et en explorer les deux côtés, son aspect à la fois salvateur, la pulsion et le besoin de se faire justice qui la domine, tout en montrant à quel point elle peut s’avérer destructrice pour qui la mène. Basée sur ce concept, le film prendra des allures de lutte psychologique du personnage dont les assauts physiques se feront de plus en plus durs face à un tueur qui pour sa part semble totalement hors de portée de cette idée de vengeance, mentalement du moins. La puissance dans les actes, d’un côté comme de l’autre, ira de ce fait crescendo, rendant chacune de leur rencontre un peu plus violente et sadique que la précédente, allant jusqu’à détruire les vies des deux protagonistes ainsi que celles de leur entourage, jusqu’au climax, ici la scene finale du film, ambigüe et troublante, qui laissera le spectateur dans sa reflexion sur le sujet, sans lui apporter de réelle réponse.

Côté casting, les connaisseurs du réalisateur et du genre seront en eaux connues, puisque les deux rôles principaux seront campés par Lee Byung-HunA Bittersweet Life; Le Bon, la Brute, le Cinglé; Joint Security Area ) dans le rôle du Secret Serviceman, et par Choi Min-Sik (Old Boy) dans la peau du psychopathe. Deux très bons acteurs qui donneront à leurs rôles respectifs toute l’intensité qu’il leur faut.

C’est donc une excellente surprise, passionnante et haletante, misant sur sa capacité à explorer à fond l’idée de la vengeance, dans ce qu’elle à de meilleur et de pire à montrer. Nous tenons très probablement là l’un des films les plus intelligents du moment dans la catégorie « Revenge Thriller. » une nouvelle claque made in korea qui, comme à son habitude avec ce cinéma, se fait rare, mais toujours grande.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s